Französische Publikationen

Marcel Neusch

Saint Augustin.Splendeur et misère de l'homme

Paris: Les Éditions du Cerf 2011, 304 p.
(Épiphanie) ISBN 978-2-204-09482-5

Si les différents chapitres de ce livre traitent chacun d’un aspect particulier de la pensée d’Augustin, ils sont regroupés en fonction de l’axiome: Noverim me, noverim Te! „Me connaître, Te connaître!“ La pensée d’Augustin se déploie entre ces deux pôles inséparables, h’homme et Dieu. Les neuf premières études sont placées sous le signe du visage de Dieu; les neuf suivantes s’attachent à considérer l’homme dans sa condition temporelle. L’ensemble témoigne de la logique d’une vie devant Dieu, logique que fait ressortir le titre de l’ouvrage.
Dans chacune de ces pages, Augustin se révèle comme un inlassable chercheur de vérité, avant comme après sa conversion.
Augustin entraîne son lecteur dans cette recherche. S’il est passé pour un maître dans la théologie occidentale, c’est bien malgré lui. Car nous n’avons qu’un seul maître, le Maître intérieur, et nous sommes tous à son école. Augustin accepte tout au plus le rôle de pédagogue. Mais dans ce rôle, il est indépassable.

_____________________________________________________________________________________________

Sylvain Jean Gabriel Sanchez

Priscillien, un chrétien non conformiste

Paris: Beauchesne 2009, 523 S.
(Collection Théologie Historique, 120) ISBN 978-2-7010-1550-7

Étudiant la pensée de Priscillien et analysant les doctrines et les pratiques du mouvement à partir du fondateur jusqu’à la fin du VIe siècle, Sylvain J.G. Sanchez laisse de coté les vieilles interrogations sur hétérodoxie et orthodoxie, et déplace le débat: Priscillien, chrétien non conformiste, est le fondateur d’un mouvement ascétique. Et se pose une question: les courants gnostiques ou la religion de Mani ont-ils pu influencer sa pensée ou non?
Ni manichéen, ni gnostique, ni encratite, Priscillien d’Ávila connaît les enseignements de ces courants, le fonds philosophique commun à tous qui l’influence, mais sa doctrine est inspirée surtout par la Bible et la tradition chrétienne. À la génération suivante, les priscillianistes des Ve et VIe siècles radicaliseront et amplifieront des éléments appartenant à la gnose ... présents dans les Traités de Wurzbourg et fruits de réminiscences néoplatoniciennes. Par le choix des problèmes et des pratiques que les priscillianistes considèrent comme importants ..., l’image du mouvement sera celle d’un courant dissident de Galice.

________________________________________________________________________________________________

Adalbert de Vogüé

Histoire littéraire du mouvement monastique dans l'antiquité
Première partie: Le monachisme latin
vol. 12: À l'aube du Moyen Âge (650-830)

Paris: Cerf 2008, 340 p. ISBN 978-2-204-08258-7

L’histoire du monachisme aboutit, autour de 800, à un seuil: le foisonnement des expériences et des écrits divers est achevé, les communautés monastiques vont se rassembler autour du modèle unique qui leur est offert par la Règle de saint Benoît. Puissamment soutenue par le prestige de Grégoire le Grand, biographe de Benoît, cette évolution se dessine aussi bien en Angleterre, avec Bède et Aldhelm, qu’en Gaule et en Germanie, avec Chrodegang et Boniface, tandis que, du Mont-Cassin, Paul Diacre y apporte sa contribution. L’agent final de cette grande opération est Benoît d’Aniane, grâce auquel les règles anciennes, au lieu de disparaître, sont réunies autour de la législation bénédictine dans un Codex et une Concordia.

________________________________________________________________________________________________

Leon Lemmens

Foi chrétienne et agir moral selon saint Augustin

Roma: Institutum Patristicum Augustinianum 2011, 341 p.
(Studia Ephemeridis Augustinianum, 120) ISBN 88-7961-130-5

Ce livre présente la première étude approfondie sur la réflexion d’Augustin sur le rapport entre foi chrétienne et agir moral.
Elle met en évidence combien cette réflexion s’enracine dans la tradition chrétienne précédente et s’enrichit de la renaissance pauline en cours lors de la vie d’Augustin, tout en assumant le tout dans une synthèse qui porte indéniablement l’empreinte de son génie et qui reste, jusqu’aujourd’hui, un sommet de réflexion théologique et spirituelle sur le sujet.

_____________________________________________________________________________________________

Ewa Wipszycka

Moines et communautés monastiques en Égypte (IVe - VIIIe siècles)

Varsovie: Warsaw University / Taubenschlag Foundation 2009, XXI, 687 p.
(The Journal of Juristic Papyrology, Supplement 11) ISBN 978-83-925919-0-0

For the past few decades Ewa Wipszycka has been working on the history of monastic communities in Egypt in the late Antiquity, addressing especially their institutional, social and cultural aspects. The book shall present the results of her life-long research on the subject. The chapters include: Les sources. La géographie monastique. Les ennemis provenant du désert. Antoine l’Ermite et la Vita Antonii d’Athanase. La terminologie monastique. Les institutions des communautés monastiques. Les clercs dans les communautés monastiques. Le nombre des moines dans les communautés monastiques. L’économie des communautés monastiques et leur mentalité économique. L’ascétisme féminin (www.taubenschlagfoundation.org).

_____________________________________________________________________________________________

Jean-François Petit

Saint Augustin et l'amitié

Paris: Desclée de Brouwer 2008, 164 p.

Augustin n’a jamais écrit de traité particulier sur l’amitié mais toute sa vie, il s’est interrogé sur son sens. Qu’est-ce que j’aime lorsque j’aime mes amis, se demande-t-il? Dès ses premiers essais de vie communautaire à Cassiciacum, ses Soliloques témoignent d’une recherche sur le sujet. Ses échanges intellectuelles comme ses Confessions traduisent la psychologie affective d’un homme inquiet, sensible à la qualité de relations aux autres et une chaleureuse ambiance de recherche en commun de la vérité. Plus profondément, Augustin ne se livre pas à une simple »christianisation« de la conception antique de l’amitié. Il lui fait subir un profond renouvellement, en l’envisageant comme une modalité de la relation avec Dieu ...

_____________________________________________________________________________________________



Lucien Jerphagnon

Augustin et la sagesse

Paris: Desclée de Brouwer 2006, 125 p. ISBN 978-2-220-05881-8

À travers les livres, les mots et les siècles, saint Augustin continue de nous parler. À sa manière, il est bien cet éternel contemporain qui s’adresse au lecteur d’aujourd’hui. Car Augustin sait comme nul autre partager à la fois son parcours d’homme et de croyant, ses doutes et ses émerveillements, son angoisse devant la fin d’un monde et son espérance d’une cité nouvelle.
Mais plus encore sans doute, comme le révèle ici Lucien Jerphagnon avec une complicité pleine d’humour, Augustin nous touche par sa quête éperdue de la sagesse, aux confins de la culture antique et de l’apparition du christianisme. Encore et toujours présent aujourd’hui, il intrigue, il interprelle, il force à réfléchir. Et il indispose les gens très sûrs d’être dans le vrai.
À lire Augustin, le sage d’Hippone, on n’est plus le même ...

_____________________________________________________________________________________________



Pascale Bermon

L' assentiment et son objet chez Grégoire de Rimini (Études de Philosophie Médiévale; 93)

Paris: Vrin 2007, 428 p.

ISBN 2-7116-1893-5

Auteur de lecons sur les Sentences publiées à Paris en 1346, Grégoire de Rimini est associé aux origines de la Réforme car Luther déclara un jour avoir apprécié sa pensée. Considéré à partir du XVIIe siècle comme le défenseur de la thèse du Dieu trompeur (Mersenne, Bayle) ou comme une source du jansénisme (Arnauld), il a été présenté au XXe siècle comme un réaliste, précurseur de la théorie des objets du philosophe autrichien Meinong.

Le présent ouvrage confronte à ces interprétations, voire à ces légendes, les données de l'histoire et des textes. Plusieurs points sont élucidés. L'entrelacement caractéristique de raisonnements philosophiques et théologiques est replacé dans le contexte médiéval de la pluridisciplinarité des parcours d'études. Les succès et la condamnation de l'ockhamisme naissant sont analysés à travers leurs écho immédiat chez ce maître que Leibniz comptait encore à raison parmi les Nominaux. Dans les débats qu'il mène avec ses contemporains (Ockham, Wodeham, Auriol), Grégoire aborde plusieurs thèmes qui passeront, par le filtre de leur interprétation nominaliste, à la philosophie moderne: la perfection, la véracité divine, l'athéisme, la suspension du jugement ou encore l'autonomie du jugement moral.

________________________________________________________________________________________